Visite d’une chèvrerie pour les CM2 B

Les élèves de la classe de CM2 de Madame Jansana sont partis visiter une chèvrerie.
Ils sont revenus enchantés de cette aventure. Ils ont réalisé un important travail de rédaction pour nous raconter leur journée passée à la chèvrerie.
Bonne lecture

La visite de la chèvrerie

Le vendredi 15 février, la classe de CM2B est partie à la ferme de l’Hort, située à Argelliers, à 22 km au nord de Montpellier. Nous sommes partis en bus dès 9H, accompagnés de la maîtresse et de quelques parents. Nous y allions dans le cadre des sciences naturelles pour découvrir le cycle de la vie au milieu de caprins. C’était la période des mises-bas. Nous avons profité de cette sortie pour : – nous enrichir en vocabulaire en apprenant à reconnaître et nommer les végétaux – observer le paysage campagnard – découvrir le milieu agricole avec le fonctionnement d’une ferme et la fabrication de fromages. Nous avons préparé à l’avance un questionnaire sur le sujet pour interroger ensuite les chevriers.

Premier biberon   

Quand nous sommes arrivés, une mise-bas venait de se produire quelques minutes plus tôt, et un nouveau chevreau venait de naître. Il était là, immobile, couché dans la paille. Après que la jeune mère ait léché son petit, mouillé par le liquide amniotique, le chevrier l’a enlevé de sa mère. Le petit a bêlé faiblement par petits cris aigus. Il l’a séché avec une serviette propre et l’a déposé dans la chambre chaude parmi d’autres  nouveau-nés.  C’était un moment très émouvant de voir l’amour entre une mère et son petit.

  La chambre chauffée    Il y a plusieurs parties dans le bâtiment d’une chèvrerie : la salle de traite,  les aires paillées, la fromagerie, la boutique, la zone des chevreaux, des greniers à  céréales. Un préau extérieur attenant  permettent aux caprins de prendre l’air. Une zone clôturée par des fils électriques au bout du terrain permet de loger les trois boucs.

Dans la nurserie, résident les nouveau-nés. Dans cet espace il y a une chambre chauffée par une lumière rouge très puissante. Certains y dorment et d’autres se réchauffent en s’enlaçant. C’était beau de voir les chevreaux si affectueux entre eux.

La salle de traite   

C’est Dominique, notre guide, qui nous a fait visiter les différentes parties de la chèvrerie. Une fois arrivés  dans la salle de traite, il nous a expliqué le fonctionnement des différentes installations de  cette salle :

Les chevriers regroupent le troupeau sur l’une des deux aires paillées juste avant la traite. On ouvre une trappe, les chèvres montent sur le quai à la queue leu leu,  douze sur un quai, douze sur l’autre. Elles passent la tête dans une mangeoire remplie de graines qui bloque les têtes afin de pouvoir les traire tranquillement. Il place les quatre embouts sur les trayons des mamelles et la machine tire automatiquement dessus pour sortir le lait et le récupérer dans un grand récipient en verre qui l’envoie ensuite dans le tank à lait qui se situe dans une petite pièce à part dans la fromagerie. Lorsqu’ils ont fini de traire toutes les chèvres, ils ouvrent une deuxième trappe à l’opposé qui  permet aux chèvres rassasiées, d’aller sur l’autre aire paillée. 

 Les boucs   Nous sommes allés voir les boucs (les reproducteurs) pour découvrir leur milieu de vie. Ils sont dans un enclos  ombragé avec un abri bâti. Ils sont mis  à part tant que les chèvres ont du lait. Nous avons assisté à une dispute entre boucs, pour désigner le prochain dominant. C’est assez impressionnant de voir ces deux  mâles trapus aux cornes volumineuses se dresser frontalement avant de s’affronter agressivement. Nous avons observé leur anatomie et leur grande barbiche malodorante qui séduit pourtant les femelles. l

Nous avons admiré ce magnifique événement de dominance entre boucs, nous étions abasourdis. Nous espérons que ceci se reproduira !!!

La pause repas  

Après les ateliers du matin c’est l’heure du repas. Toute la classe va déjeuner sur la terrasse, devant la boutique de vente.  Là, nous  nous sommes lavés les mains, à la queue leu leu, comme en Afrique puisque nous n’avions qu’un petit robinet avec une seule bassine. Ensuite nous sous sommes installés entre copains et copines, souvent parterre pour laisser les places assises aux adultes. Tout à coup nous avons aperçu un petit écureuil bien roux qui sautait d’arbre en arbre pour se distraire.

La photo de groupe  

Après le déjeuner, la classe est montée sur une butte où les chèvres font des cabrioles et nous avons voulu en faire autant. Après avoir fait les fous, nous avons admiré la garrigue très aride. Nous avons apprécié le silence rompu par le bruit du vent. Nous étions joyeux en prenant cette photo collective car nous avons appris de merveilleuses choses durant cette sortie. Nous sommes repartis terreux et fatigués mais remplis de joie.

La sortie du troupeau  

Après le dîner et le moment de détente, nous sommes allés attendre devant la grande porte de la chèvrerie la sortie du troupeau.Vers 14H  les premières chèvres arrivent, rassemblées autour de François, un des chevriers.Barbasse, la meneuse, dirige le troupeau. On la reconnait grâce à ses poils noirs gris et blancs et à sa cloche qui tinte permettant au berger de la repérer dans les bois.  Les  belles chèvres, peu farouches, voire même dociles et affectueuses nous réclament des caresses. Cela nous a beaucoup touché de les savoir aussi confiantes. 

La sortie en garrigue avec le troupeau  

Vers 14 heures, nous avons suivi le chevrier dans la garrigue. Nous sommes partis par un chemin caillouteux  au milieu des pins d’Alep des chênes verts, des chênes kermesse du buis et des romarins. Cela faisait bizarre de voir certaines chèvres nous suivre comme si nous étions déjà pour elles des guides. Alors d’autres, les meneuses fonçaient  vers la nourriture des arbustes, principalement les glands des chênes. Certains élèves ont voulu les suivre dans les buissons au risque de se perdre avec le troupeau. La maîtresse a alors stoppé la marche pour éviter ce risque. Nous avons donc quitté François et son troupeau avec nostalgie. Pour retrouver le sourire nous sommes retournés dire au revoir à nos « peluches ».Vers 15 heures, nous sommes partis avec la maîtresse pour rentrer à l’école. Nous avons pu admirer les merveilles de la nature. Puis nous avons ramassé des rameaux en apprenant leur nom pour mieux les connaître  et nous enrichir. Cette sortie a été  extraordinaire car nous sortions de la ville et nous découvrions de plus près la garrigue.

 La rencontre attendrissante des chevreaux  Après la balade dans la garrigue, nous avons fait nos adieux aux chevreaux. Nous étions sous le charme des petits cabris : ils sautaient sur nous en toute confiance sans crainte,  ils nous câlinaient, comme s’ils voulaient nous garder.Et nous ne voulions plus quitter les lieux.Après une séparation difficile et même déchirante pour certains, nous sommes partis malheureux de devoir quitter  les caprins mais heureux d’avoir fait cette rencontre inoubliable.

Les élèves de la classe de CM2 de Mme Jansana

 

Les dernières actualités.